AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 first impressions. (sisters)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eileen Bowers

avatar

Avatar, © : Dianna Agron.
Pseudo : Honeybee ☆ Rose.
Messages : 17
Inscription : 07/03/2017

Âge : Vingt-huit ans.
Occupation : Assistante vétérinaire.
Côté coeur : Fiancée à l'homme parfait, mariage prévu en juin.

MessageSujet: first impressions. (sisters)   Sam 11 Mar - 14:36

J'avais un noeud à l'estomac depuis le réveil. Hier, pourtant, il me semblait avoir pris la bonne décision. Declan m'y avait d'ailleurs encouragée, il savait que c'était important, même s'il aurait préféré être avec moi. Je mettais mon angoisse sur le compte de la fatigue. Après tout, les nuits étaient courtes ces derniers temps. Il n'y en avait plus que pour les préparatifs du mariage, le plan de table n'était pas défini et on avait dû faire réimprimer les faire-parts pour corriger les coquilles de la première impression. Mais j'avais la chance d'avoir Declan, qui s'investissait autant que moi dans ce mariage, pour donner vie à mon rêve de princesse. Il ne manquait plus que ma mère pour faire de ce jour, un jour parfait. Elle n'avait pas assisté au concours d'orthographe, au spectacle de l'école ou à ma remise de diplôme. Mais elle ne pouvait pas laisser un siège vide le jour de mon mariage, j'avais besoin de son consentement.
Je voyais les numéros de maisons défiler, mais aucune ne portait le numéro que je cherchais. J'inspirais un grand coup pour ne pas céder à la panique. Je savais que j'étais à la bonne adresse, je n'avais pas de raison d'en douter. Il fallait que je fasse taire la voix qui me chuchotait de faire demi-tour, après tout, j'étais une étrangère, elle n'allait pas me laisser entrer dans sa vie aussi facilement. De l'eau avait coulé sous les ponts. Elle était une femme, aujourd'hui. Elle avait dû traverser ce que moi-même je m'apprêtais à faire avec mon fiancé. Peut-être avait-elle même eu d'autres enfants. Je me sentais nauséuse à l'idée de lui faire face, j'avais le sentiment de perdre chacun des mots que j'avais pourtant répété pendant des semaines. Declan n'avait pas tort, j'aurais mieux fait d'écrire une lettre, j'aurais été sûre de ne pas en oublier la moitié. C'était la troisième fois que je tournais dans la rue, et il n'y avait personne à qui je puisse demander mon chemin. C'était un quartier tranquille. Là d'où je venais, à New York, les rues connaissaient toujours une vive agitation, peu importe l'heure de la journée. On vivait à cent à l'heure. La vie, vraiment, n'avait rien à voir avec Northbury, pour le peu que j'en avais vu.
Je finis par garer ma voiture le long d'un trottoir, croyant avoir entraperçu le numéro de la maison. Le temps avait certainement dû effacer un chiffre. La maison ne payait pas de mine, ce qui créait un contraste presque effrayant avec certaines des maisons voisines. Elle était d'une allure simple, l'herbe haute et un pot en terre cuite sur les marches d'escaliers. Mais je lui trouvais un charme que les autres n'avaient pas. L'extérieur paraissait moins important que ce qu'il se passait entre ses murs. Mon coeur se serra dans ma poitrine. Je n'avais pas à me plaindre de la famille qui m'avait accueillie, mes parents étaient des gens biens, et j'étais fière de porter leur nom. Mais ils ne pouvaient pas remplacer ma mère. J'aurais voulu qu'elle me brosse les cheveux et soit présente lorsque j'avais eu mon premier chagrin d'amour, il n'y aurait eu qu'elle pour me comprendre. Les lumières de la salle à manger étaient allumées, des tasses, bols et assiettes étaient disposés sur la table. Ils devaient prendre le petit-déjeuner. Je me demandai si c'était elle qui l'avait cuisiné, ou si elle préférait manger ses céréales dans du lait. Est-ce qu'elle m'aurait préparé mon lunch pour l'école ? J'essuyai une larme que je n'avais pas senti couler et remontai l'allée de pierres pour sonner à la porte d'entrée. Je ne pouvais pas reculer. Je ne lui voulais pas de mal, après tout, j'espérais juste partager avec elle le rêve de toutes les petites filles. Et si elle refusait ma demande ? Ou, pire, qu'elle ne me pense pas faite pour Declan ? Les questions se bousculaient dans ma tête. Je n'allais quand même pas faire irruption à l'heure du petit-déjeuner, c'était grotesque. Je reprenais les marches en sens contraire, il fallait que je me laisse du temps pour mûrir les choses, c'était plus sage. Le mariage n'avait lieu que dans trois mois.

— Declan ? Non... commençai-je à souffler dans mon téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regan Willis

avatar

Avatar, © : jennifer lawrence (YOU.FIRST)
Pseudo : dahlia, flo
Messages : 11
Inscription : 10/03/2017

Âge : vingt-quatre ans
Occupation : future avocate, réceptionniste dans un centre de massage/spa
Côté coeur : j'ai abandonné il y a longtemps...

MessageSujet: Re: first impressions. (sisters)   Dim 12 Mar - 5:24


"Je te l'ai dit, je suis attendue chez mes parents ce matin, je ne peux pas travailler. Demain, je serai là à 10h tapantes promis! Allez, il y aura pas de clients aujourd'hui, tu vas t'en sortir. Bon à plus." Je ferme la porte à temps, je pars presque en courant jusqu'à ma petite Toyota 2008, le dinosaure comme l'a surnommé mon père. La voiture fonctionne, c'est déjà ça! Je n'ai pas besoin de la voiture la plus récente de l'année, j'ai besoin seulement d'une voiture qui démarre. Et c'est pas comme si je faisais des kilomètres par jour. Mon travail est à 5 minutes de l'appart, et je vais à pied à l'Université. En fait, j'ai de nombreuses fois, eu l'idée de m'en débarrasser. Mais comme je n'aime pas prendre le bus, il m'est impensable de ne pas avoir de voiture. C'est une dépense comme une autre, non? Dans mon rétroviseur, je vois s'éloigner la petite bâtisse verte, "McIntyre Spas & co.", c'est là où je travaille depuis mes 16 ans. Les conditions sont bien, on ne me fait pas trop chier, je choisis mes horaires (sauf dans le temps des fêtes, parce qu'ils sont débordés). Les gens sont sympas, et c'est l'important, non? Je ne me vois pas rester ici jusqu'à mes 50 ans, oh non. Je ne veux pas devenir comme Nana, qui approche la soixantaine, je suis triste pour elle... Non, dans quelques années, je serai avocate. J'approche la fin de ces interminables études et j'ai hâte d'atteindre enfin cet objectif. J'arrive enfin à la maison de mes parents, la maison de mon enfance, le seul endroit où je me suis toujours sentie chez moi. J'y vais un peu trop souvent, mais la nourriture de ma mère me manque. Gros bébé de vingt-quatre ans, pathétique non? D'ailleurs, j'ai jamais voulu partir de Northbury. J'y resterai jusqu'à ma mort. Même si une partie de moi rêve de voir autre chose, un d'autres paysages, cultures. "Tiens, si ce n'est pas notre grande fille qui vient rendre visite à ses vieux!" lance mon père, assis devant le téléviseur lorsque j'ouvre la porte. "Hé oui, papa. Je viens voir mes vieux pépés d'amour!" Ça a toujours été une petite rigolade entre nous trois. Ma mère, comme je ne suis pas surprise, crie de la cuisine : "Viens aider ta mémé, j'ai besoin de toi." Je m'élance vers la cuisine, toute heureuse de voir mes parents (même si je les ai vus il y a trois jours). J'embrasse ma mère, elle me répète que je devrais faire plus attention à mes cheveux, si je veux qu'ils gardent leur brillance. Quelques minutes plus tard, comme j'ai terminé de couper les fruits, je vais rejoindre papa devant la télé. Il écoute un vieux reportage de sport. Mon attention se porte à la fenêtre, je vois une ombre passer, vers la porte. Cela ne peut pas être le distributeur de journaux, il est trop tôt. Je me lève et j'ouvre la porte d'entrée. Une blondinette a le dos tourné, direction opposée. "Je peux vous aider?" Je demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
first impressions. (sisters)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD VIBRATIONS. :: NORTHBURY :: Sunny Lane-
Sauter vers: